LEC Digital Books

Pour le lecteur, par un lecteur

LEC Digital Books, c’est l’offre d’un lecteur pour le lecteur.

Le service premier, c’est la numérisation de qualité de votre/vos ouvrage(s). Un code de qualité, inter plateformes, c’est la gageure d’une expérience de lecture optimale pour tous vos clients quel que soit le support de lecture.

Mais créer un livre, c’est également de la béta-lecture, des corrections, de la relecture. J’offre mes services à qui le désire, un œil extérieur est souvent le bienvenu.

Contactez-moi pour tout type de projet, nous évaluerons ensemble le meilleur moyen de mettre en valeur vos textes.

Twitter : @LECDigitalBooks

Site : www.lecdigitalbooks.com

6 commentaires sur “LEC Digital Books

  1. Pingback: Que la transmutation soit. « Lecteurs en colère

  2. Bonne idée et chapeau pour votre travail !

    Mais pourquoi votre blogue reste-t-il aussi outremanchiste, voire outratlantiste ? Certes les iMachins sont surtout étasuniens, certes ma culture mondiale pâtit de mon absence d’efforts pour conquérir ce continent de culture, mais, bon, l’un dans l’autre, vos lecteurs, même en colère, sont sans doute comme moi assez attachés à la francophonie pour apprécier un effort dans ce sens ? Non ? Et je ne vous parle même pas de nos amis québecois !!!…

    Amicalement,

    GG Forum

  3. Merci 🙂

    Étant dans un pays aux trois langues officielles et parlant une quatrième, je ne me sent pas particulièrement pris en faute en choisissant le terme de « publishing ». Mon franglais, que je sais dérangeant pour certains, fait partie de ma nature et ma culture.
    J’ai fait ce choix car il n’existe pas de terme français pour d’écrire mon offre, le mot éditeur étant trop connoté et limité à « papier » pour moi.
    Je suis ouvert à toute suggestion bien sur pour « françiser » cette partie du blog, qui est pour le reste purement francophile. 🙂

    Cordialement
    LEC

  4. Bonjour,

    M’étant mis à la lecture sur ebook (kobo pour ne citer personne), je trouve l’offre numérique somme toute pas si mauvaise que cela en france mais comme vous le pointez si bien du doigt, les prix restants abusifs au plus haut point pour du dématérialisé. Et ces drm… vivement que les éditeurs se rendent compte que ce n’est pas la solution de restreindre leurs clients. Un ebook devrait pouvoir se donner ou se prêter comme un livre papier. Support papier que je n’abandonnerai pas quoiqu’il en soit étant collectionneur (mais je vais restreindre mon catalogue neuf à des oeuvres marquantes, modernes ou non).
    Le catalogue français mériterait de s’étoffer, et pas seulement sur les nouveautés… il manque vraiment des vieux bouquins… Heureusement, je peux me rabattre sur l’offre anglo-saxonne, lisant aussi bien l’anglais que le français.
    En ce qui concerne le code des ebooks, je comprend votre colère! Je passe moi même des heures à corriger ce même code, ou des coquilles… Et les ebooks commerciaux sont toujours margés contre le bord du epaper… donc obligé de marger de nouveau; corriger les css etc… pas normal car l’utilisateur lambda voudra pouvoir lire tout de suite….
    Enfin, bon courage pour votre activité numérique, pour ma part, je m’en retourne formater de l’ebook!
    Bien cordialement,

  5. Pingback: Entretien avec un lecteur numérique : partie 2 | Lettres Numériques

  6. Pingback: Parole d’auto-édité : Chris Simon !* « Numéritérature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s